Arthrite de l’avant pied : que donne l’IRM ?

 
Source : www.jim.fr

Les rhumatismes inflammatoires incluent notamment la polyarthrite rhumatoïde et les atteintes articulaires du psoriasis. Ces maladies peuvent d’ailleurs se révéler de façon atypique, au travers de mono- ou d’oligo-arthrites périphériques qui peuvent toucher l’avant-pied. Le tableau clinique et biologique peut alors s’avérer déroutant, au point que l’imagerie morphologique ou fonctionnelle est volontiers appelée à la rescousse. L’IRM ostéo-articulaire est souvent demandée en première intention, devant la scintigraphie osseuse du fait de la spécificité variable de cette dernière.

L’IRM semble effectivement plus adaptée à cette indication rhumatologique, en raison de ses performances diagnostiques, même si elle a ses limites, comme le suggèrent les résultats d’une étude de type cas-témoins dans laquelle ont été inclus 91 sujets répartis en 3 groupes selon le contexte clinique : (1) PR symptomatique (n = 30) ; (2) rhumatisme psoriasique (RP) symptomatique (n = 30) ; (3) volontaires sains (n = 31). Dans tous les cas, c’est une IRM de l’avant-pied qui a été réalisée, car dans les deux premiers groupes, le rhumatisme inflammatoire s’exprimait dans cette région anatomique. Les images ont été interprétées par deux observateurs (O1 et O2) qui ont avant tout recherché des signes compatibles avec le diagnostic de PR ou de RP symptomatique : (1) œdème médullaire (OME) ; (2) érosions osseuses ; (3) ténosynovite ; (4) épanchement articulaire ; (5) œdème tissulaire péri-articulaire ; (5) proliférations osseuses. Des scores validés ont été utilisés pour faciliter l’interprétation. L’analyse statistique des données a reposé sur le test de Mann-Whitney avec correction de Bonferroni.

Des anomalies en cas de rhumatisme inflammatoire mais aussi…chez le volontaire sain

Le lecteur O1 a mis en évidence un OME chez 14 volontaires sains (45 %), battant ainsi le lecteur O2 (n = 10, 32 %). Une ténosynovite n’a été diagnostiquée que par O1 chez 3 volontaires sains (10 %). Pour ce qui est des épanchements articulaires, dans ce même groupe, ils ont été diagnostiqués par O1 dans 7 cas (23 %), versus 3 (10 %) par O2. L’intensité moyenne des anomalies détectées s’est avérée dans l’ensemble faible (extrêmes, 1,1-1,33). Les érosions, l’œdème tissulaire et les érosions osseuses n’ont jamais été visualisés dans ce groupe. En revanche, tous les signes précédemment évoqués ont été mis en évidence avec une prévalence variable par O1 et O2 sur l’IRM en cas de PR : (1)  OME, O1 = 83 % et O2 = 80 % ; (2) érosions, 40 % et 40 % ; (3) ténosynovite, 33 % et 17 % ; (4) épanchement : 87 % et 53 % ; (5) œdème tissulaire, 20 % et 27 % ; (6) proliférations osseuses : 3 % et 3 %. Les valeurs correspondantes en cas de RP ont été les suivantes : (1) OME : 70 % et 67 %; (2) érosions, 20 % et 20 %; (3) ténosynovite, 57 % et 50 %; (4) épanchement, 70 % et 37 %; 5) œdème tissulaire : 60 % et 53 % ; (6) proliférations osseuses : 0 % et 7 %. La ténosynovite et l’œdème tissulaire ont été plus fréquemment observés chez les patients atteints d’un RP (p = 0,001-0,059 versus PR).

Cette étude de type cas-témoins rappelle que l’interprétation de l’IRM est subjective et qu’à ce titre, les divergences entre les observateurs sont compréhensibles. L’imagerie anatomique a ses limites qu’elle partage d’ailleurs avec l’imagerie fonctionnelle, ce qui n’enlève rien ni à l’une ni à l’autre. Il faut noter qu’un œdème médullaire léger à modéré au niveau de l’avant-pied est d’observation plutôt courante chez le volontaire sain. Les ténosynovites et les épanchements articulaires sont plus rares, mais leur détection est du domaine du possible chez un sujet sain asymptomatique. Sinon, la fréquence et l’intensité des anomalies en faveur d’une arthrite évolutive s’avèrent comparables dans la PR et le RP, à deux exceptions près : la ténosynovite et l’œdème tissulaire seraient plus fréquents en cas de RP, mais ce n’est pas sur cette sémiologie isolée que le diagnostic différentiel entre les deux rhumatismes inflammatoires pourra se faire.

Dr Philippe Tellier

RÉFÉRENCE
Zubler V et coll. Frequency of Arthritis-Like MRI Findings in the Forefeet of Healthy Volunteers Versus Patients With Symptomatic Rheumatoid Arthritis or Psoriatic Arthritis. Am J Roentgenol., 2017 ; 208 :W45-W53.